Les églises de Petite-Rivière-Saint-François

La paroisse Saint-François-Xavier de la Petite-Rivière-Saint-François est l’une des plus anciennes de la région. Peuplée dès 1676, elle est la patrie de Claude Bouchard, premier habitant de Charlevoix. Enserré entre d’imposantes montagnes et le fleuve Saint-Laurent, le village de Petite-Rivière-Saint-François s’allonge sur une bande étroite de moins de dix kilomètres. Milieu maritime avant tout, longtemps isolé, on y trouve une population fière de son héritage, traditionnellement liée à la mer par la pêche à l’anguille. La très grande beauté des lieux a également servi d’inspiration à l’auteure de renom Gabrielle Roy, qui y a résidé durant plus de trente étés.

La paroisse a dû ériger deux églises depuis ses origines. Celle qui se dresse actuellement en 2013 date de 1905 et fait face à la montagne Fortin.

Une première chapelle

Au temps où ce territoire était à peine défriché, une première chapelle fut érigée à Petite-Rivière-Saint-François, oeuvre d’un prêtre courageux et déterminé: l’abbé Antoine Abrat. Une plaque sur pierre, portant son nom, a été retrouvée lors de l’érection de la première église. Une légende du milieu aurait circulé à propos de cette chapelle initiale, parce qu’elle était localisée sur le même site que celui qu’occuperait plus tard le temple de 1738. On a en effet longtemps pensé que la chapelle fut emportée par les flots lors d’une tempête.

1733 Ouverture des registres

Le 1er décembre, c’est l’ouverture des registres par l’abbé Antoine Abrat, prêtre français. Il eut un vicaire, l’abbé Louis Chaumont qui le remplaça avec le titre de curé en avril 1736.1

1738 La première église

La première église fut construite en 1738 sous l’instigation du prêtre missionnaire de Baie-Saint-Paul, l’abbé Chaumont. Elle fut l’oeuvre d’un M. Flaman, un maître entrepreneur de Québec. La tradition veut qu’elle ait été bâtie non loin du site actuel du quai. La «roche de l’église» sur les rives du fleuve, en serait le témoin. A l’origine comptant 21 bancs, l’église de 1738 avait une capacité d’accueil de 300 personnes au moment de sa démolition en 1903. Une sacristie y fut annexée vers 1778, de même qu’un jubé vers 1820. Lire la suite