Author: adminsfa

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens 2023 : « Apprenez à faire le bien, recherchez la justice. » Zénith international.

La paix soit avec vous ! Il y a quelques mois, le pape François nous rappelait que « l’oecuménisme dans l’Église n’est pas une chose facultative ou décorative, mais une attitude essentielle» (jeudi 28 avril 2022). C’est appuyé sur cette conviction que j’aimerais vous inviter à adapter nos célébrations dominicales du dimanche de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens 2023, soit le troisième dimanche du Temps ordinaire, cette année le 22 janvier. 

HORAIRE DES CÉLÉBRATIONS DE L’UNITÉ MISSIONNAIRE DE CHARLEVOIX 23 Janvier au 5 Mars 2023  

 

23 Janvier au 5 Mars 2023

 

Semaine du 22 Janvier 2023                                                 Garde : GERMAN

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 23 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 24 PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – German

Messe – André

Mer 25 CL 16h00 Messe – Joël EB 16h00 Messe – Enrique
Jeu 26 LM 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Enrique BSP

SL

9h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

Messe – Joël

Ven 27 Bâtiss. 14h00 Messe – German BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Joël
4e Dimanche du Temps ordinaire
 

Sam

 

28

CL SAL BSC

SI

16h00

19h00

16h00

16h00

Messe familiale – André Messe – German

Messe – Enrique

Célébration dominicale de la Parole

SU 19h00 Messe familiale – Joël
 

 

Dim

 

 

29

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe – André Messe – Joël

CDP – célébration familiale Célébration dominicale de la Parole Messe familiale – Enrique

Messe – Enrique

SL SH EB PRSF BSP 9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe familiale – German Messe familiale – Joël Messe – Jean-Baptiste

CDP – célébration familiale CDP – célébration familiale

 

Semaine du 29 Janvier 2023                                                  Garde : ANDRÉ

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 30 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 31 PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – Joël

Messe – Enrique

Mer 1er Foy. SS

CL

10h00

16h00

Messe (onction des malades) – Joël

Messe – German

EB 16h00 Messe – André
Jeu 2 Foy. LM

LM

10h00

15h00

Messe (onction des malades) – Enrique

Adoration et Messe 16h00 – German

BSP

SB

9h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

Messe – Joël

Ven 3 Foy. CL

Bâtiss.

10h00

14h00

Messe (onction des malades) – German

Pas de messe

BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – André
5e Dimanche du Temps ordinaire
 

Sam

 

4

CL SAL SI BSC 16h00

19h00

16h00

16h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – André

Messe – German

SU 19h00 Messe – Enrique
 

 

Dim

 

 

5

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Joël

Messe – Joël

Messe – German Messe – German

SL SB SH EB PRSF

BSP

9h30

9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Jean-Baptiste

Messe – André

Messe – Enrique Messe – Enrique

 

Semaine du 5 Février 2023                                                 Garde : ENRIQUE

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 6 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 7 PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – Enrique

Messe (onction des malades) – Joël

Mer 8 CL 16h00 Messe – Joël EB 16h00 Messe (onction des malades) – German
Jeu 9 LM 15h00 Adoration et Messe (onction des

malades) 16h00 – André

BSP

SL

9h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

Messe (onction des malades) – German

Ven 10 Bâtiss. 14h00 Messe (onction des malades) – Joël BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Enrique
6e Dimanche du Temps ordinaire
 

 

Sam

 

 

11

CL SAL BSC SI 16h00

19h00

16h00

16h00

Messe (onction des malades) – Joël Messe (onction des malades) – André Célébration dominicale de la Parole Messe (onction des malades) – Enrique SU 19h00 Célébration dominicale de la Parole
 

 

Dim

 

 

12

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe (onction des malades) – German Messe (onction des malades) – German Messe – André

Messe – André

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole

SB SH EB PRSF BSP 9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe (onction des malades) – Enrique Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe (onction des malades) – Joël Messe (onction des malades) – Joël

 

 

Semaine du 12 Février 2023                                                         Garde : JOËL

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 13 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 14 LM 10h00 Centre de Jour : Messe – Enrique PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – Joël

Messe – André

Mer 15 CL 16h00 Messe – Joël EB 16h00 Messe – Enrique
 

Jeu

 

16

LM 15h00 Adoration et Messe 16h00 – André BSP

SB SB

9h00

10h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

FIC – Enrique

Messe – Enrique

Ven 17 Bâtiss. 14h00 Pas de messe BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Joël
7e Dimanche du Temps ordinaire
 

Sam

 

18

CL SAL BSC

SI

16h00

19h00

16h00

16h00

Messe – André Messe – André Messe – Enrique

Célébration dominicale de la Parole

SU 19h00 Messe – Joël
 

 

 

Dim

 

 

 

19

SA NDM LM PP SS SF 9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe – André Messe – André

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Enrique

Messe – Enrique

SL SH EB PRSF BSP 9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe – Jean-Baptiste Messe – Joël

Messe – Joël

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole

 

Semaine du 19 Février 2023                                                   Garde : GERMAN

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 20 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 21 PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – Enrique

Messe – André

Mercredi des Cendres Mercredi des Cendres
 

Mer

 

22

CL LM SS 19h00

19h00

19h00

Messe – Enrique Messe – André Messe – German EB BSP 16h00

19h00

Messe – Joël Messe – Joël
Jeu 23 LM 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Enrique BSP

SL

9h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

Messe avec cendres – German

Ven 24 Bâtiss. 14h00 Messe avec cendres – Enrique BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – André
1er Dimanche du Carême
 

Sam

 

25

CL SAL BSC

SI

16h00

19h00

16h00

16h00

CDP – célébration familiale Célébration dominicale de la Parole Messe avec les cendres – Joël

Messe avec les cendres – André

SU 19h00 Messe familiale – German
 

 

Dim

 

 

26

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe familiale – Enrique

Messe avec les cendres – André Messe familiale (Cendres) – Joël

Messe avec les cendres – Joël

SL SB SH EB PRSF

BSP

9h30

9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe familiale (Cendres) – Jean-Baptiste Messe familiale (Cendres) – Enrique Messe familiale (Cendres) – German

Messe familiale – German

 

Semaine du 26 Février 2023                                                       Garde : ANDRÉ

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 27 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 28 PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – German

Messe – Enrique

Mer 1er Foy. SS

CL

10h00

16h00

Messe (avec les cendres) – Enrique

Messe – German

EB 16h00 Messe – André
Jeu 2 Foy. LM

LM

10h00

15h00

Messe (avec les cendres) – André

Adoration et Messe 16h00 – German

BSP

SB

9h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

Messe – Joël

Ven 3 Foy. CL

Bâtiss.

10h00

14h00

Messe (avec les cendres) – Joël

Pas de messe

BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Enrique
2e Dimanche du Carême
 

Sam

 

4

CL SAL BSC

SI

16h00

19h00

16h00

16h00

Messe – German Messe – André

Célébration dominicale de la Parole

Messe – Enrique

SU 19h00 Célébration dominicale de la Parole
 

 

Dim

 

 

5

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe – German Messe – German Messe – Enrique Messe – Enrique

Célébration dominicale de la Parole

Célébration dominicale de la Parole

SB SH EB PRSF BSP 9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe – Joël

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Jean-Baptiste

Messe – André

 

HORAIRE DES CÉLÉBRATIONS DE L’UNITÉ MISSIONNAIRE DE CHARLEVOIX du 8 janvier 2022 au 22 janvier 2023

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Baptême du Seigneur
Lun 9  

RETRAITE PASTORALE

BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 10 DES PRETRES PRSF

SH

16h00

16h00

Pas de messe

Pas de messe

Mer 11 CL 16h00 Pas de messe EB 16h00 Pas de messe
Jeu 12 LM 15h00 Pas de messe BSP

SL

9h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

Pas de messe

Ven 13 Bâtiss. 14h00 Pas de messe BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 ???
2e Dimanche du Temps ordinaire
 

Sam

 

14

CL SAL BSC

SI

16h00

19h00

16h00

16h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Joël

Messe – Enrique

SU 19h00 Messe – German
 

 

Dim

 

 

15

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Enrique

Messe – André Messe – Joël

Messe – Joël

SL SB SH EB PRSF

BSP

9h30

9h30

9h00

11h00

9h00

11h00

Célébration dominicale de la Parole Célébration dominicale de la Parole Messe – Jean-Baptiste

Messe – Enrique Messe – German

Messe – German

Semaine du 15 janvier 2023                                                        Garde : ANDRÉ

 

Paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix Paroisse de Saint-François-D’Assise
Lun 16 BSP 9h00 Messe – Jean-Baptiste
Mar 17 PRSF

SH

16h00

16h00

Messe – Enrique

Messe – German

Mer 18 CL 16h00 Messe – Enrique EB 16h00 Messe – Joël
Jeudi  

19

LM LM 10h00

15h00

Centre de jour : Messe – Enrique Adoration et Messe 16h00 – André BSP SB

SB

9h00

10h00

16h00

Messe – Jean-Baptiste

FIC – German

Messe – German

Ven 20 Bâtiss. 14h00 Pas de messe BSP 15h00 Adoration et Messe 16h00 – Joël
3e Dimanche du Temps ordinaire
 

Sam

 

21

CL SAL BSC

SI

16h00

19h00

16h00

16h00

Messe – German Messe – Joël

Célébration dominicale de la Parole

Messe – André

SU 19h00 Célébration dominicale de la Parole
  

Dim

 

22

SA NDM LM PP SS

SF

9h00

11h00

9h00

11h00

9h00

11h00

Messe – German Messe – German Messe – André Messe – André

Célébration dominicale de la Parole

Célébration dominicale de la Parole

S.B.

SH

EB

 

PRSF

BSP

9h00

9h00

11 h00

 

9h00

11h00

Messe – Joël

Célébration dominicale de la Parole

Célébration dominicale de la Parole

Messe – Jean-Baptiste

Messe – Jean-Baptiste

 

 

 

 

 

 

C’est maintenant qu’il faut réfléchir sur l’après: une entrevue accordée par Mgr Marc Pelchat à Pastorale Québec.

Propos recueillis par René Tessier

Mgr Pelchat en visite pastorale en 2020.

Mgr Marc Pelchat a publié, début novembre chez Médiaspaul: Accueillir la vie d’après — Réflexions pour un temps de pandémie. Il y devise à partir des expériences vécues dans la cadre du confinement, puis du déconfinement et du reconfinement partiel des derniers mois; pour nous comme citoyens et personnes croyantes, pour notre Église et pour notre société québécoise, appelées à de nouveaux passages au sortir de la crise. R.T.

Q: Bonjour, Mgr Pelchat. Vous écrivez que la crise des derniers mois « a fait ressortir nos faiblesses ». D’après vous, quelles leçons pouvons-nous tirer, à ce moment-ci, de la pandémie que nous affrontons?

R: C’est précisément la question que je souhaiterais nous voir aborder ensemble. C’est d’ailleurs à cette fin que j’ai écrit ce petit livre, qui ne prétend pas répondre à toutes les interrogations, du reste. Mon premier questionnement est celui-ci : est-ce que nous aurons vécu un véritable événement — qui ouvre des lendemains pour nous — ou est-ce que le temps aura été tout simplement suspendu pendant plusieurs semaines. Nous avons beaucoup entendu dire : « ce ne sera plus pareil désormais ». Mais le changement ne sera pas automatique, il ne peut qu’être le produit de décisions que nous aurons prises collectivement. Au plan pastoral, il nous appartient d’examiner ensemble et de décider localement comment nous pouvons faire différemment. Nous ne pouvons pas miser uniquement sur le rassemblement eucharistique, nos propositions ne peuvent pas se limiter seulement à la messe, même si celle-ci reste très importante.

Q: Dans le livre, c’est remarquable : vous réfléchissez autant sur l’avenir de notre société que sur celui de l’Église au Québec…

R: Les deux sont interpellées, il me semble. Les questions à nous poser devraient permettre d’identifier ce que nous voulons changer autour de nous. Les changements, même les plus nécessaires ou les plus souhaitables, ne se feront pas d’eux-mêmes, comme par enchantement. C’est le temps, maintenant, de décider ce que nous voulons modifier, dans nos habitudes d’abord, dans notre monde ensuite. Par exemple, si je veux privilégier l’achat local (une préoccupation souvent nommée ces derniers mois), je dois l’inscrire résolument dans mes habitudes.

Q: Nous sommes soumis, depuis la fin septembre, à de nouvelles restrictions, après une période « de relâchement »…

R: Certes, les autorités publiques ont dû improviser et corriger le tir à quelques reprises. Nous n’étions vraiment pas préparés à ce qui nous est arrivé. Au fil du temps, la pandémie a réveillé plusieurs questionnements. Nous avons réalisé plus qu’auparavant à quel point nos aînés étaient souvent mis de côté et abandonnés; comme nous avons pris conscience de l’importance du rôle des soignants et des préposés, pas toujours bien rémunérés. Notre lecture de la situation devrait nous inspirer pour un redressement collectif. Nous avons même fait l’expérience, temporairement, d’une forme de revenu universel garanti; pourrions-nous pérenniser une telle formule? Je ne prétends pas maîtriser parfaitement le sujet mais je me souviens qu’un ancien collègue doyen à l’Université Laval, François Blais, devenu ministre québécois de l’Emploi et de la Solidarité sociale, avait beaucoup réfléchi sur le principe et sa mise en application. Il a dessiné les contours d’une politique viable en la matière. De même, une médecine à domicile, une meilleure reconnaissance des aidants dits naturels, tout cela serait peut-être une bonne manière de prendre soin des plus fragiles d’entre nous: les plus âgés, les personnes malades ou handicapées…

Q : Vous relevez au passage une déclaration de l’Organisation mondiale de la santé, qui a déclaré que « la spiritualité joue un rôle dans la gestion d’une épidémie de grande envergure » (p.72), quelque chose que le Québec a sans doute négligé plus que les autres cette année?

R : En effet. Nous l’avons fait valoir auprès de la Direction de la santé publique et du Premier ministre (via des intermédiaires, forcément). Les groupes confessionnels représentent une importante source de soutien pour les communautés humaines qu’ils servent. Cela peut se vérifier partout dans le monde. La vie ne peut pas se résumer aux activités financières et commerciales…

Q: Vous faites valoir qu’historiquement, les crises ont été des instants de remises en question et de transformation de nos façons de vivre. Ces jours-ci (quelques heures après les attentats dans le Vieux-Québec le soir du 31 octobre), on s’inquiète soudain du support à la santé mentale au Québec…

R: Vous savez, plusieurs maisons de répit ont dû fermer leurs portes pendant ces premiers mois de pandémie. Alors que nous nous sommes retrouvés avec plus de temps libre, nous avons pu prendre conscience de l’importance des relations humaines dont nous pouvions être privés. La relation avec autrui, nous disent les philosophes, c’est en définitive ce qui définit le moi et la vie (p.28 du livre). Pendant les semaines moins remplies que j’ai eues après le retour de convalescence du cardinal Lacroix, j’ai rejoint par téléphone plusieurs personnes avec lesquelles mes contacts étaient parfois trop irréguliers.

Q: À en juger d’après votre livre, vous avez aussi lu abondamment. Vous citez une grande variété de sources, des parutions récentes de magazines mensuels comme PhilosophieEsprit et Relations, des livres comme Le monde d’hier, de Stefan Sweig, ou Trouver son équilibre intérieur, du moine Anselm Grün, et même Tintin au Tibet.

R: Oui, tout cela, joint à mon expérience personnelle de théologien en ecclésiologie, a alimenté ma méditation. Le journal Le Soleil a publié, fin avril, un texte dans lequel je réfutais l’idée que la pandémie nous soit envoyée par Dieu, en « châtiment » pour nos déviations. Vous savez, nos devanciers en Église ont eux aussi affronté des épreuves pénibles et « ils ont puisé dans le trésor de leur foi pour traverser ces temps difficiles » (p.39). Oui, pour répondre à votre question, après avoir renoué avec la lenteur, j’ai profité de temps libres qui m’étaient donnés pour lire et écrire, en particulier les fins de semaines qui se voyaient dégagées tout à coup. J’ai puisé aussi dans les cahiers du Devoir pour bien saisir l’état de la situation à la grandeur du Québec. Je souhaite surtout, en publiant un tel livre, que la réflexion soit reprise et partagée par un grand nombre de gens.

Q: Vous présentez (pp. 52-55) la vie spirituelle comme un mouvement qui part de l’extérieur pour aller vers l’intérieur. Pouvez-vous expliquer brièvement ce que vous entendez par là?

R: Certainement. Je dirais qu’il s’agit d’identifier d’abord ce que nous éprouvons, nous ressentons extérieurement pour ensuite rentrer en soi, en quelque sorte. Même quelqu’un qui prie moins régulièrement peut néanmoins repérer ce qui le fait vivre ou le remue et, à partir de là, remonter dans les profondeurs de son être. À quoi est-ce que j’aspire profondément? Quelle est mon espérance? La vie spirituelle consiste à aller plus loin que la réalité qui nous entoure, en scrutant nos désirs pour mieux retourner à ce qui nous anime.

Q: Ici, vous empruntez le schéma d’un grand auteur qu’on trouve souvent difficile à saisir, Pierre Teilhard de Chardin?

R: Surtout à travers ce qu’Henri de Lubac aura mis en évidence dans son œuvre prolifique: il propose une démarche qui commence par: 1) se centrer sur soi (écouter son cœur, regarder ses actions, ses gestes; puis 2) se décentrer vers l’autre et, enfin: 3) se recentrer sur plus grand que soi. Teilhard résume ainsi : être d’abord pleinement, aimer ensuite et finalement adorer. J’ai voulu recadrer le concept d’une vie spirituelle qui serait exclusivement intérieure. En fait, « notre univers, avec tout ce que nous vivons et éprouvons à l’extérieur, nous aide à déceler une ‟intériorité brûlante” que nous en pouvons ignorer. » (p.53) Et l’intériorité devrait nous stimuler à transformer le monde, pas nous replier sur nous-mêmes.

Q: Les malaises nés du virus et ses dangers ont suscité toutes sortes de pratiques religieuses; certaines peut-être contestables?

R: Multiplier les expositions du Saint Sacrement jusque sur YouTube ne me paraît pas très avisé. La foi chrétienne ne relève pas de la magie. Il nous a fallu résister à des requêtes ou des suggestions qui relevaient du matérialisme sacramentel. Nous avons bien plus à gagner en puisant dans notre tradition catholique. Alors que j’étais responsable intérimaire du diocèse, j’ai fait un pèlerinage chez les Augustines de l’Hôtel-Dieu, pour y invoquer Catherine de Saint-Augustin, soignante modèle. Au passage, je me suis arrêté au tombeau de Mgr de Laval, qui a lui aussi pris un soin particulier des malades. Le pape François avait donné le ton auparavant, en portant la Croix et une image de Marie jusqu’à une église de Rome.

Q: Ce qui nous conduit à vos suggestions en fin de volume (pp. 81-82), pour modifier notre exercice de la mission?

R: Pour voir comment nous y parviendrons, il nous faut d’abord nous y arrêter, en prenant le temps requis. Ça me déçoit vraiment de voir, en plein cœur d’une réunion prioritaire, un prêtre quitter parce qu’il va célébrer la messe, par exemple. Avec des territoires de plus en plus grands à couvrir, il va falloir accepter que nous ne pouvons plus offrir autant de messes. Pour avancer, si nous commencions par libérer du temps? Pour nous « creuser le coco » ensemble et préciser comment nous pouvons répondre aux besoins du peuple de Dieu que nous desservons. Ce que nous dit l’Évangile de ce matin (4 novembre: Luc 14, 25-33): « Celui qui veut construire une tour va commencer par s’asseoir pour calculer la dépense », tout comme le roi qui part en guerre va évaluer ses forces et ses moyens. Dans Evangelii Gaudium, le pape François nous explique que le temps est supérieur à l’espace. Autrement dit, le temps (long) est un incontournable dans l’action pastorale, les processus de croissance ne peuvent être initiés que dans la durée. Alors, apprenons à sortir des tourbillons dans lesquels nous sommes plongés.

Q: C’est dans cette logique que notre Archevêque a décrété une pause en initiation chrétienne, pour réfléchir à une relance de l’éducation de la foi?

R: Oui, en particulier à l’endroit des adultes. Nous sommes un peu comme Nicodème, dérouté par la parole de Jésus : « Il te faut renaître » (Jean 3, 1-21). Jésus nous indique qu’il est nécessaire de changer, de devenir un homme nouveau. Nous savons que cela n’est jamais facile, mais le Christ nous rappelle aussi que « l’Esprit souffle où il veut ». Il y a en nous toute une force d’inertie à surmonter; pensons seulement à tous ces rapports rédigés avec soin, après une large consultation, qui reposent sur des tablettes et ne seront jamais mis en œuvre!

Q: En somme, votre livre veut susciter un effort de réflexion à plusieurs, de concertation pour arriver ensemble à « faire différemment »?

R: Il me paraît clair que l’Église du Québec ne peut échapper à la nécessité de faire autrement, d’inventer de nouveaux passages vers l’Évangile. L’échange doit se vivre maintenant; sinon, la pandémie terminée, nous serons fortement tentés de revenir tout simplement à nos anciennes pratiques. C’est maintenant qu’il nous faut réfléchir sur l’après.

Q: C’est clairement ce à quoi vous nous conviez dans votre livre. Mgr Pelchat, merci d’avoir « pris le temps » pour cette entrevue, après avoir « pris le temps » de le rédiger.

 

Continue reading

Important de fréquenter ces trois médias d’information sur la foi. Trois ressources médiatiques pour nous aider à nourrir et enrichir notre foi dans le contexte actuel.

 

 

Ces trois sources d’information spirituelle et pastorale peuvent  accompagner positivement cette période difficile à traverser.   Nous puisons la plupart de nos textes dans  les informations que diffusent ces  portails  accessibles gratuitement  sur internet.

 

Vous trouverez à KTO les messes  quotidiennes du Pape François.

À portée de vos « doigts », quelques petits clics et vous avez accès à un trésor extraordinaire sur le plan spirituel. 

Faites le premier pas et nous sommes convaincus que vous allez en prendre l’habitude.

                                                                                             

Plusieurs de ces outils d’accompagnement  se retrouvent sur le site Internet de notre Église diocésaine au ECDQ.org dans la section COVID19 sous l’onglet Vivre les Jours Saints à la maison

Accueil 2020 (Covid-19)

 

 

Allez également visiter le site de Zénith pour avoir une information complète sur la vie pastorale universelle, entre autres sur les catéchèses et autres prises de parole du Pape François

Bénédiction Urbi et Orbi exceptionnelle du 27 mars 2020 — KTOTV

 

 

Projet d’élargissement de l’accès à l’aide médicale à mourir: manifestons notre préoccupation à notre député.

 

Une personne handicapée se rend à l’hôpital pour faire soigner sa pneumonie. Un professionnel de la santé lui demande: Voulez-vous vraiment prendre la peine de vous faire soigner pour cette pneumonie? Pourquoi ne pas plutôt laisser la nature suivre son cours? (cf. vidéo Euthanasie – panacée ou boîte de Pandore?). Cette personne pourrait être un membre de notre famille ou pourrait être nous-même. 

 Le gouvernement fédéral a déposé un projet de loi visant à élargir l’accès à l’euthanasie pour inclure les personnes qui ne sont pas sur le point de mourir, y compris des personnes ayant des handicaps. Cela suscite des craintes chez les défenseurs des personnes handicapées.  

 Écrire et envoyer des communications à son député est un moyen efficace de manifester notre préoccupation pour ces personnes et de dire que nous ne voulons pas que l’accès à l’euthanasie soit élargi pour inclure les personnes vulnérables qui ne sont pas à la fin de leur vie. La Coalition pour les soins de santé et la conscience fournit une plateforme qui permet de rejoindre facilement son député, ainsi qu’un exemple de lettre en ligne qui peut être modifié par quiconque souhaite l’utiliser : https://www.coalitionsanteconscience.ca/gouvernement_federation  

 

 

Caroline Desbiens, députée bloquiste Charlevoix.

Notre blogue sur le sujet :  https://www.ecdq.org/aide-medicale-a-mourir-manifestons-notre-preoccupation/  

Rôle des laïcs : le pape souhaite « un pas de plus ». (Article tiré de l’Agence Zénith internationale.)

Le pape François souhaite que soit fait « un pas de plus » dans le rôle des laïcs au sein de l’Eglise. En signant la préface d’un ouvrage du sous-secrétaire du Synode des évêques, Mgr Fabio Fabene, il appelle de ses vœux « une Eglise où le rôle de la femme est central ».

Par les laïcs, il faut « que l’Eglise soit présente là où l’homme vit et souffre pour faire resplendir de partout la lumière de l’Evangile », peut-on lire dans le texte publié par L’Osservatore Romano daté du 14 octobre 2020. Le pape y invite à faire « confiance à l’imagination créatrice » de l’Esprit Saint.

Il fustige aussi une nouvelle fois le cléricalisme « toujours nuisible pour l’Eglise » : il faut, écrit-il, que la vocation spécifique des laïcs « soit reconnue à tous les niveaux, en évitant par tous les moyens de les cléricaliser ».

« Le centre de la mission laïque, affirme-t-il encore, consiste à consacrer le monde selon le projet de Dieu », et les laïcs sont appelés à « être heureux dans le don d’eux-mêmes et dans la prière ».

Voici notre traduction de cette préface au livre « Symphonie de ministères. Une présence renouvelée des laïcs dans l’Eglise » (Sinfonia di ministeri. Una rinnovata presenza dei laici nella Chiesa, Libreria editrice vaticana – Edizioni San Paolo).

Préface du pape François

Toutes les époques ont leur nouveauté, c’est pourquoi nous pouvons dire que nous vivons une nouvelle époque. Il est temps que les laïcs fassent un pas en avant, un pas de plus. Et qu’ils trouvent dans l’Eglise l’espace nécessaire pour le faire, la façon de répondre à leurs vocations. En puisant au riche enseignement du Concile Vatican II, repris par le Synode des évêques et par mes prédécesseurs, ce volume offre une réflexion approfondie sur les ministères que le pape saint Paul VI a réformés, en les liant non plus au chemin de préparation au ministère ordonné, mais à la variété de vocations et de services laïcs que l’Esprit-Saint suscite dans l’Eglise.

L’Esprit est toujours actif au sein du Peuple de Dieu, en l’enrichissant de nouveaux dons à chaque fois, et nous devons être attentifs à ne pas l’arrêter (cf. 1 Ts 5, 19) et à ne pas le contrister (cf. Eph 4, 30). Hélas nous le faisons chaque fois que nous ne faisons pas confiance à son imagination créatrice, et que nous prétendons réduire son action à l’intérieur de nos schémas, sans laisser place au primat de la grâce et en courant le risque de devenir auto-référentiels.

Avec la Constitution Lumen gentium, Vatican II a été le Concile du Peuple de Dieu, un Peuple qui marche dans l’histoire poussé par le vent de la Pentecôte. Ce Peuple saint est continuellement enrichi de ministères et de charismes, enracinés dans le sensus fidei qui rend la totalité des baptisés infaillibles quand ils croient (in credendo). C’est une réalité de grâce que nous devons garder continuellement présente dans l’action pastorale, en dépassant le cléricalisme toujours nuisible pour l’Eglise, comme l’a rappelé aussi le Document Final du Synode dédié aux jeunes.

Le saint peuple de Dieu, oint par l’Esprit, est entièrement sacerdotal, en tant qu’il participe à l’unique sacerdoce du Christ. Les ministres ordonnés, qui agissent in persona Christi capitis, sont certes indispensables à la croissance de ce Peuple, puisque ce sont les seuls à pouvoir présider l’Eucharistie pour le nourrir et absoudre les péchés pour étendre en lui la miséricorde de Dieu. En même temps, si le cœur de l’identité du prêtre est de consacrer le pain eucharistique, le centre de la mission laïque consiste à consacrer le monde selon le projet de Dieu. Cette action fait tout un avec la coresponsabilité des laïcs dans l’édification de l’Eglise, comme l’a mis spécialement en lumière l’exhortation apostolique Christi fideles laici de saint Jean-Paul II. Les ministères institués remplissent cette double mission en faveur de l’Eglise et du monde, en rendant les laïcs (femmes et hommes) sujets actifs de l’évangélisation et de la mission.

Comme je l’ai écrit dans Evangelii gaudium, ils sont la très grande majorité du Peuple de Dieu et il faut que leur vocation spécifique soit reconnue à tous les niveaux, en évitant par tous les moyens de les cléricaliser. Nous devons vérifier si nous sommes fidèles à cette identité laïque, en faisant repartir l’horloge qui semble s’être arrêtée. C’est le moment. La mission des laïcs n’est pas le privilège de quelques-uns et elle implique un dévouement total… Aux laïcs, il est demandé d’être heureux dans le don d’eux-mêmes et dans la prière, de croire et d’agir au sein de la communauté chrétienne pour en partager et en soutenir le chemin, dans l’échange réciproque des dons suscités par l’Esprit. C’est cela la synodalité à laquelle Dieu nous appelle et qui nous demande de répondre aux divers appels ; de marcher ensemble, pasteurs et troupeau, sur les sentiers de l’histoire ; d’être un seul dans la diversité des charismes.

Certains nouveaux ministères laïcs ont été suggérés par les récents synodes dédiés à la famille, aux jeunes et à l’Amazonie. Ce sont des ministères pensés pour une Eglise plus synodale et en sortie, tendue vers les périphéries existentielles. C’est pour cela aussi qu’il est important que chaque évêque et chaque Eglise particulière puissent mener un discernement attentif sur les ministères dont leur territoire a concrètement besoin, afin que l’Eglise soit présente là où l’homme vit et souffre pour faire resplendir partout la lumière de l’Evangile. En effet, comme je l’ai écrit dans Querida Amazonia, « L’inculturation doit aussi se développer et se traduire dans une manière incarnée de mettre en œuvre l’organisation ecclésiale et la ministérialité. Si l’on inculture la spiritualité, si l’on inculture la sainteté, si l’on inculture même l’Évangile, comment ne pas penser à une inculturation de la manière dont les ministères ecclésiaux se structurent et se vivent ? » (85).

Il faut éviter le risque de transformer les ministères en formes de pouvoir, ce qui est une tentation toujours aux aguets. Les ministères répondent à une vocation, ils sont le fruit d’un discernement personnel et communautaire et ils s’expriment dans la diaconie (diakonia) du Peuple de Dieu. Une Eglise toute ministérielle manifeste un Peuple aux mille visages. C’est une Eglise où le rôle de la femme est central. C’est une Eglise perpétuellement fécondée par l’Esprit, qui « fait la jeunesse de l’Église et la renouvelle sans cesse, l’acheminant à l’union parfaite avec son époux » (Lumen gentium 4).

Traduction de Zenit, Anne Kurian-Montabone

 

« Que faisons-nous des charismes dans la gouvernance de l’Église  ? »  Une réflexion à poursuivre sur la place des femmes en Église.  

 

Odile Hardy, Xavière, directrice de l’Institut d’études religieuses et pastorales (IERP) de Toulouse.

Qu’avez-vous pensé de la candidature d’Anne Soupa à l’archevêché de Lyon ?

Je trouve la démarche d’Anne Soupa courageuse et audacieuse. C’est une femme intelligente dont l’action est pesée, réfléchie et d’une certaine manière prophétique. Le prophète interpelle, oblige à laisser surgir l’inédit, à prendre des chemins de traverse quand bien même ceux-ci sont inconfortables. Cela m’évoque les femmes de la généalogie de Jésus, en particulier Ruth. Elle persévère, dure dans cette conviction qu’il y a quelque chose à faire bouger dans ce qui était bien assis chez le peuple juif. Et finalement, sa belle-mère et son futur mari, Booz, vont rendre grâce pour cela. Quelque chose du projet de salut de Dieu se dit à travers elle…

Certes, le moyen utilisé par Anne Soupa est provocateur, mais il serait dommage de le réduire à cette dimension. Elle dit clairement qu’elle souhaiterait une prise de conscience. Sur le fond, cette théologienne ouvre un débat et un questionnement qui, à mon sens, arrivent à un moment favorable. L’Église catholique est blessée et malade. Cette fragilisation ou crise est un kairos, une occasion, pour exercer son intelligence, son discernement et mettre en œuvre sa liberté pour agir. La démarche d’Anne Soupa est dans la ligne du pape François qui demande que soient dissociés gouvernance et ministère ordonné. En Église, les femmes sont largement présentes. Mais à qui sont données les responsabilités ? Que faisons-nous du partage des charismes dans la gouvernance ? C’est l’Église corps du Christ qui est à construire, avec tous ses membres qui ont une égale dignité du point de vue humain et du point de vue de la grâce.

Certains objectent que la mission vient d’un appel et non d’une candidature…

Dire cela, c’est fermer par avance les possibles et entretenir une forme de statu quo en considérant que l’on peut uniquement entendre cet appel à partir du corps sacerdotal. L’appel est pour tous les baptisés. Qui peut dire qu’Anne Soupa n’a pas reçu un appel particulier ? Nous savons que sa candidature n’aboutira pas, mais elle ouvre des espaces de réflexion. C’est là sa visée. Que faisons-nous de la foi confiée à l’Église et de l’appel baptismal à être prêtre, prophète et roi ? Quid du sensus fidei, de la foi confiée au peuple de Dieu ?

Que penser du choix de Lyon, un diocèse qui a beaucoup souffert de la crise dans l’Église liée à la pédocriminalité ?

Il vise symboliquement le mal à sa racine. Les abus sexuels étaient d’abord des abus spirituels, et surtout des abus de pouvoir. Cette crise a mis en lumière une structure malade, un système pervers. Les abus de pouvoir mettent en jeu certains mécanismes : refus de la finitude, déni de l’altérité, processus de sacralisation. Il y a d’abord le refus de se reconnaître fragile, vulnérable, en manque. Comment combler, apaiser, ce manque sinon en s’ouvrant à une altérité radicale qui oblige à la sortie de soi ? Ensuite, il y a aussi une forme de sacralisation du prêtre qui a conduit au cléricalisme. Pendant des décennies, nous avons demandé à ces hommes de devenir des prêtres « parfaits » : nous les avons idéalisés sans prendre en compte leurs fragilités. La crise des abus dans l’Église révèle des manques criants d’équilibres personnels et d’équilibres institutionnels. Nous avons à quitter un imaginaire du prêtre et une vision pyramidale de l’Église : cela a conduit à une confusion entre pouvoir et autorité. Dissocier gouvernance et ministère ordonné implique de clarifier ces deux notions. Car, force est de constater que quand on parle de gouvernance, on comprend pouvoir. Or nous devrions parler plutôt d’autorité : celle-ci requiert l’écoute, la confiance, la liberté, le partage des tâches, la subsidiarité et surtout la fraternité.

Dans la société, la collaboration entre hommes et femmes est courante. L’Église est-elle en retard ?

Comme disent les jeunes, « il y a un gap ». Je crois que nous ne prenons pas suffisamment en compte la dimension culturelle. Nous sommes de moins en moins crédibles à être en décalage permanent avec le monde. Qu’est-ce qu’une foi qui ne s’incarne pas ? Notre société change, propose des évolutions de la place des hommes et des femmes, souvent en termes de revendications ; ce qui n’est pas la meilleure manière de faire. Il y a derrière ces questions de gouvernance un véritable enjeu d’évangélisation et de témoignage pour nos contemporains. Certains en Église se crispent sur des postures par peur du relativisme. Ils craignent que l’Église ne se dilue dans le monde. Certes, nous n’avons pas à imiter le monde, ni à penser l’Église comme une organisation, mais nous devons vivre avec le monde un rapport de mutuelle fécondation. Car qu’est-ce que l’Évangile s’il n’est pas relu dans un nouveau contexte culturel ? L’Évangile est parole vivante, incarnée : elle est parole inédite, dévoilement de la présence de Dieu, surgissement de la Révélation dans le monde dans lequel nous vivons. Le concile Vatican II nous invite à lire les signes des temps : cela demande une certaine capacité à se laisser déplacer. Sans imiter le monde, l’Église a à être dans le monde ; l’Évangile s’actualise dans un présent et dans une présence. N’oublions pas cette prière du Christ dans l’évangile de Jean (chapitre 17) : « Je ne te demande pas de les enlever du monde mais de les préserver du mal. » Se frotter au monde fait bouger les lignes et demande des adaptations.

Quel est votre vœu pour les femmes dans l’Église ?

Je souhaite plus de synodalité et de fraternité au sens fort du terme. Nous sommes fils et filles du même Père, frères et sœurs du Christ. J’insiste sur la nécessité d’une fraternité qui repose sur la confiance et non sur la peur, une fraternité qui considère que travailler avec des personnes de l’autre sexe est une vraie richesse. On ne peut pas penser la synodalité sans la fraternité. Elle suppose une confiance réciproque, un désir d’agir et de construire ensemble le corps du Christ. Trop d’hommes d’Église agissent seuls, et souvent ils sont épuisés. Beaucoup aspirent à plus de dialogue et de soutien. Il existe des manières d’être et de penser différentes chez les hommes et chez les femmes et aussi des charismes différents qui peuvent s’exprimer dans l’exercice d’une autorité partagée. Dans le second récit de la Genèse, Dieu bénit le couple pour sa fécondité : il bénit l’aide, le partenariat, la connivence, le rapport fécond de ces deux spécificités de l’humanité. La femme n’y est pas l’aide de l’homme au sens de ancilla – la servante ; elle est sa compagne pour bâtir ensemble un monde nouveau. Aujourd’hui, les femmes ont largement montré qu’elles pouvaient être en responsabilité. Il ne s’agit pas que d’une question d’organisation, l’enjeu est l’essence même de l’Évangile qui est à offrir au monde. Avant de parler de nouveaux ministères, prenons le temps du partage des tâches et de la fraternité. Osons nous questionner en ouvrant des possibles, soyons audacieux : une « Église en sortie » n’est certes pas confortable, mais c’est à ce prix seulement que la Bonne Nouvelle prendra chair en ce monde. Que pouvons-nous faire ensemble pour l’annoncer ?

La mort aux oubliettes ? Un éditorial de Sophie de Villeneuve, rédactrice en chef de Croire en lien avec la pandémie actuelle.

 

Sophie Villeneuve, rédactrice en chef de Croire

La mort aux oubliettes ?

Dans une émission de radio entendue récemment, l’essayiste Jacques Julliard s’étonnait de ce que les religions, durant cette pandémie, n’aient pas eu une parole d’espérance et n’aient pas évoqué, alors que l’heure s’y prêtait, les « fins dernières ». Il est vrai, et d’autres l’ont constaté avant lui, que les discours eschatologiques n’ont plus cours dans nos églises. Les « fins dernières » sont en effet tombées dans les oubliettes. On ne « meurt » plus, on « décède » ou, pire encore, on « part », on « disparaît ». Étrange époque où mourir relève du caché, de l’inavouable et, osons le dire, de l’indécent. Comme si nous n’avions plus besoin, ou envie, de croire que la vie est « l’antichambre de la vraie vie » (Bossuet). Et que nous ne savions plus vraiment parler de ce que nous deviendrons à notre mort. Étonnons-nous ensuite que beaucoup se tournent vers médiums et voyants pour tenter d’entrer en contact avec leurs défunts. Ne serait-il pas temps de renouer avec une « pastorale de la joie » qui ose dire, avec force, qu’une vie éternelle nous attend, que nos morts nous attendent, et que le mystère du mal nous sera enfin dévoilé ? « Nous sommes des êtres spirituels vivant une aventure humaine », disait Teilhard de Chardin. Nous ne disparaissons pas, nous ne partons pas, nous mourons, et retrouvons la vie pour laquelle nous sommes faits : une vie spirituelle.

Continue reading