Mis à jour le 24 février 2022

« L’attaque contre l’Ukraine a débuté. Une guerre en Europe au XXIe siècle semblait impossible. Les risques de dégénérescence sont inimaginables. Le Pape nous demande d’opposer la faiblesse de la prière à la puissance des armes. » (Éditorial, Vatican News)

Après de nombreuses semaines de négociations, le président russe Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance du Donbass lors d’une allocution télévisée lundi soir. Il a aussi ordonné à ses troupes d’entrer dans les territoires séparatistes de l’est de l’Ukraine. Jeudi matin, l’invasion russe a débuté, avec des frappes aériennes sur plusieurs villes ukrainiennes. (Ukraine – Russie : cinq articles indispensables pour comprendre les enjeux de la crise)

Interpellations vigoureuses du Pape

Le mercredi des Cendres, 2 mars 2022, les catholiques du monde entier s’uniront à la demande du pape François, pour prier et jeûner pour la paix en Ukraine.

Le pape François avait décrété une  journée de prière pour la paix en Ukraine le 26 janvier dernier. Puis, le 13 février 2022, il a aussi initié une prière silencieuse pour l’Ukraine à la fin de l’Angélus. Puis, le pape a aussi réitéré son appel à la paix à la fin de son audience ce mercredi 23 février.

Dans ce contexte, François a annoncé que le 2 mars prochain, mercredi des Cendres, serait un « jour de jeûne pour la paix ». On peut déjà s’y préparer personnellement et en communauté.

Autres échos d’autres responsables ecclésiaux en première ligne

Le représentant permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe, Mgr Janusz Urbanczyk, s’est exprimé jeudi dernier sur la crise à la frontière russo-ukrainienne, à l’occasion d’une session consacrée à la question. Le Saint-Siège invite à la paix pour épargner la vie des civils. (Ukraine: «La guerre est une folie» rappelle à l’OSCE l’observateur du Saint-Siège)

Les évêques catholiques d’Europe élèvent la voix. Le secrétaire d’état du Vatican prend aussi la parole.

Le président de l’épiscopat polonais, Mgr Stanislaw Gądecki, a invité en ces mots le peuple polonais, le 21 février : « Poursuivant notre prière pour la paix, je lance un appel à mes compatriotes pour qu’ils gardent leur cœur ouvert et accueillent cordialement les réfugiés d’Ukraine qui, en Pologne, voudraient trouver un abri contre la guerre ». (L’épiscopat polonais encourage à accueillir les réfugiés ukrainiens)

Inquiétude et prière pour le peuple ukrainien

Nous nous sentons bien impuissants et impuissantes face à ce qui se vit dans ces pays. Ce sont des frères et des soeurs qui vivent sous tension et dans l’incertitude leur quotidien : des millions de vies sont en jeu.

Alors l’appel à la prière pour cette situation précaire ne se limite pas à la journée du 26 janvier dernier ou au 2 mars à venir… Que notre prière, bien qu’elle puisse nous paraitre humble et lointaine, continue à intercéder auprès du Père pour que la recherche de la paix ainsi que le bien de tous et toutes soient au cœur des décisions. Il n’y a pas de gagnant dans une guerre… Avec le Saint-Père demandons que « toutes les actions et initiatives politiques servent la fraternité humaine plutôt que les intérêts partisans ».